Qu’est-ce au juste qu’un met­teur en scène ?
CAP a posé la ques­tion à Françoise Thyrion, Michel Valmer, Céline Grolleau, Nicolas Souville, Yves Arcaix et Maxime Kerzanet.

Photo de Nicolas Souville

Au com­men­ce­ment vient le texte, sa poé­sie, ses pas­sions, l’hu­mour, la lumière et l’ombre qu’il recèle.
Puis il faut trou­ver des finan­ce­ments, des lieux où jouer, où répé­ter.
S’entourer d’une équipe de comé­diens.
Faire répé­ter les acteurs.
Trouver la chi­mie entre eux, entre la scène et eux.
Être l’œil du public.
Mettre sur les os que sont les mots de la chair.
Faut qu’­ça vive !  Et le décor qu’il faut pen­ser et chan­ger et repen­ser, l’é­clai­rage et le son aus­si, si le temps et l’argent le per­mettent.
La pompe à « phy­nance » ne s’ar­rête jamais.
Mais il arrive que le jeu l’emporte, alors il n’y a plus que le moment pré­sent la magie du corps, de la voix et l’es­poir d’ap­por­ter au plus grand nombre pos­sible un geste artis­tique.

Nicolas Souville
Nantes — mai 2017

Print Friendly, PDF & Email