Qu’est-ce au juste qu’un met­teur en scène ?
CAP a posé la ques­tion à Françoise Thyrion, Michel Valmer, Céline Grolleau, Nicolas Souville, Yves Arcaix et Maxime Kerzanet.

Yves Arcaix — La Fabrique MC11 — Montreuil — 30 mai 2014 — photo : Apolline Schöser

Yves Arcaix — La Fabrique MC11 — Montreuil — 30 mai 2014 — pho­to : Apolline Schöser

La pre­mière remarque qui me tra­verse l’esprit, c’est que cette ques­tion de la mise en scène et du met­teur en scène, sou­vent consi­dé­rée comme pri­mor­diale est somme toute rela­ti­ve­ment récente, com­pa­rée à l’histoire de l’art dra­ma­tique. En effet, il est com­mu­né­ment consi­dé­ré que la figure emblé­ma­tique du met­teur en scène émerge véri­ta­ble­ment au tout début du 20e siècle, avec à l’étranger, Constantin Stanislavski, Vsevolod Meyerhold, Edward Gordon Craig, Adolphe Appia, Bertolt Brecht, Tadeusz Kantor, Jerzy Grotowski. En France avec André Antoine, Aurélien Lugné-Poe, Jacques Copeau, Antonin Artaud, Jean Vilar, Roger Blin, Jean-Louis Barrault, le Cartel des quatre — Louis Jouvet, Charles Dullin, Gaston Baty, et Georges Pitoëf. À ces pré­cur­seurs, se suc­cè­de­ra la liste longue et joyeuse de ceux et celles qui ont façon­né depuis l’histoire théâ­trale tou­jours en mou­ve­ment.
Il me semble inté­res­sant de noter que les concep­teurs de l’i­dée néces­saire de mise en scène furent pour la plu­part de grands théo­ri­ciens, fon­da­teurs d’un art dra­ma­tique moderne qui nous irrigue encore aujourd’­hui. Leurs points de vue par­fois com­plé­men­taires, par­fois contra­dic­toires et cli­vants, leurs réflexions et leurs tra­vaux sont tou­jours une réfé­rence. Leurs démarches res­pec­tives ont fait de la figure du met­teur en scène un artiste poten­tiel à part entière.
Au début du 20e siècle, on trouve donc, au milieu des bou­le­ver­se­ments his­to­riques et artis­tiques et au-delà des mul­tiples esthé­tiques ou poli­tiques mises en œuvre, un for­mi­dable élan pour reca­drer, redé­fi­nir et réajus­ter le vieil art dra­ma­tique qui pre­nait la pous­sière en y incor­po­rant un nou­veau per­son­nage, sorte de maître d’œuvre, capable de jouer avec tous les sub­ter­fuges théâ­traux possibles1)Interprétation, scé­no­gra­phie, cos­tume, maquillage, lumière, musique, etc. pour valo­ri­ser dans toute sa cohé­rence, cré­di­bi­li­té et inno­va­tion, l’œuvre dra­ma­tique. Le phé­no­mène ou la créa­ture du met­teur en scène prit alors vie et sa pos­ture sta­tu­taire devint essen­tielle.
Après cette pre­mière remarque réac­tive à la notion de met­teur en scène, me vint dans la fou­lée, une deuxième remarque bien frag­men­taire — Je ne suis pas et je ne me consi­dère sur­tout pas comme un met­teur en scène de théâtre, à pro­pre­ment par­ler, d’où mon peu de légi­ti­mi­té à répondre par quelques lignes à ces ques­tions pas­sion­nantes concer­nant la notion de la mise en scène théâ­trale, n’y croyant pas véri­ta­ble­ment.
Je me consi­dère plu­tôt comme un comé­dien qui bri­cole dans la marge des objets à dimen­sions spec­ta­cu­laires, avec le sou­hait de pri­vi­lé­gier un dis­po­si­tif scé­nique, où artistes et public pour­ront ques­tion­ner et par­ta­ger un moment, inou­bliable et néces­saire. En cela, ma démarche, dans son équi­libre instable et artis­tique, appa­raît selon cer­tains dires, plus proche de Marcel Duchamp, de John Cage, et de Raymond Roussel & C° qui m’in­fluencent clai­re­ment.
Mon admi­ra­tion est sans fin pour les met­teurs en scène dont les créa­tions m’ont lais­sé un sou­ve­nir émer­veillé — Matthias Langhoff, Michel Dezoteux, Peter Brook, Georges Lavaudant, Patrice Chéreau, Alain Françon, Claude Régy, et Luc Bondy qui incarnent plei­ne­ment leur vision.
Au regard de la fonc­tion du met­teur en scène des plus esti­mables et res­pec­tables et de ma

pra­tique modeste, je me conten­te­rai de cha­par­der ma conclu­sion à l’artiste Yves Chaudouët2)Yves Chaudouët. Artiste hybride, plas­ti­cien, peintre, musi­cien, écri­vain, tra­duc­teur, scé­no­graphe et met­teur en scène. : « Je n’ai rien à dire, mais tout à faire ».

Yves Arcaix
Nantes — mai 2017

Print Friendly, PDF & Email

Références   [ + ]

1.Interprétation, scé­no­gra­phie, cos­tume, maquillage, lumière, musique, etc.
2.Yves Chaudouët. Artiste hybride, plas­ti­cien, peintre, musi­cien, écri­vain, tra­duc­teur, scé­no­graphe et met­teur en scène.