Untitled – 2019 – Alain Koll – Composition numé­rique – Travail d’a­près Bleu de ciel – 1944 – Wassily Kandinsky

 

FAMILLES
SENS
DESSUS
DESSOUS

 

Au cours de ces der­nières années, la famille s’est pro­fon­dé­ment modi­fiée au point de deve­nir mul­ti­forme : mono­pa­ren­tale, mul­ti­pa­ren­tale, homo­pa­ren­tale, copa­ren­tale, adop­tive ! Nous voi­ci très loin de la tra­di­tion­nelle ver­sion de la famille nucléaire.
Ces familles modernes ébranlent l’idéal du trio homme-femme-enfant au pro­fit de nou­velles for­mules éla­bo­rées à par­tir de choix indi­vi­duels. Ces for­mules ins­taurent des rap­ports inédits entre les membres d’une même famille, met­tant ain­si en évi­dence qu’être père, ou mère, n’est pas chose natu­relle mais tou­jours de l’ordre du bri­co­lage.

Ce chan­ge­ment de para­digme cultu­rel s’accompagne d’une muta­tion du cadre juri­dique fon­dé jusqu’alors sur une filia­tion bio­lo­gique et l’autorité sym­bo­lique du père. Depuis la loi de 1970, la « puis­sance pater­nelle » est deve­nue « auto­ri­té paren­tale ». Cette auto­ri­té paren­tale est exer­cée soit par les deux parents, soit par l’un ou l’autre, et elle s’af­fran­chit de toute filia­tion bio­lo­gique.

À ce chan­ge­ment légis­la­tif, s’ajoute l’impact déci­sif des avan­cées médi­cales et bio­tech­no­lo­giques. Au nom d’un « droit à l’enfant », la science du vivant, alliée à la tech­nique (PMA), et déjà asso­ciée aux pré­oc­cu­pa­tions de la méde­cine pré­dic­tive, dis­joint pro­gres­si­ve­ment la ren­contre des corps sexués et la pro­créa­tion. Les repères que consti­tuaient la dif­fé­rence des sexes et les géné­ra­tions s’en trouvent bou­le­ver­sés.

Toutes ces modi­fi­ca­tions sus­citent le désar­roi des pro­fes­sion­nels et des parents. Dans un contexte de glo­ba­li­sa­tion et de réponses « pour tous », on répond à ce désar­roi par un savoir sur la paren­ta­li­té ensei­gné aux pro­fes­sion­nels de la san­té et de la pro­tec­tion de l’enfance, par le biais de for­ma­tions. À l’adresse des parents, fleu­rissent les méthodes d’éducation sans vio­lence qui prennent le contre-pied des défauts du patriar­cat. L’enfant occupe désor­mais dans la famille une place cen­trale, sinon fon­da­trice. Les péda­go­gies en tiennent compte, elles s’appuient sur les besoins de l’enfant et favo­risent sa créa­ti­vi­té. Nouveaux dis­cours, nou­veaux réfé­ren­tiels qui apportent leur lot de pro­grès et de ques­tion­ne­ments.
Dès 1938, dans « Les com­plexes fami­liaux », Jacques Lacan nous invite à ne pas trop nous émou­voir de ces trans­for­ma­tions qui ne font que révé­ler le déclin du père, consti­tu­tif d’une crise psy­cho­lo­gique dont la nais­sance de la psy­cha­na­lyse est sans doute le symp­tôme. Lacan consi­dère avant tout la famille comme une ins­ti­tu­tion. L’orientation par le réel l’amènera à cer­ner au plus près ce qui la fait consis­ter en-deça de toutes ses recon­fi­gu­ra­tions.
C’est cette voie cli­nique et théo­rique que nous emprun­te­rons pour notre recherche.

La struc­ture fami­liale a‑t-elle véri­ta­ble­ment chan­gé ?
Qu’en est-il de l’inscription de l’enfant dans ces nou­veaux espaces fami­liaux ? Sa construc­tion psy­chique s’en trouve-t-elle modi­fiée ?
Les symp­tômes des enfants modernes sont-ils si inédits ? Exigent-ils une approche radi­ca­le­ment nou­velle, en libé­ral ou en ins­ti­tu­tion ?
Comment les pro­fes­sion­nels peuvent-ils s’orienter dans leur pra­tique, notam­ment ceux qui
tra­vaillent avec les parents ?
Qu’avons-nous à dire aux pères et aux mères ?
Toutes ces ques­tions nous occu­pe­ront au fil des sept soirées1)Les soi­rées du lun­di ont lieu à la Maison des Syndicats, Gare de l’État, 44000 Nantes — de 20h45 à 22h30.
Ces soi­rées seront ani­mées par Alain Cochard, psy­cha­na­lyste. CONTACT — cap.nantes@sfr.fr – 06 83 48 91 59
de l’année, et fidèles à l’esprit de CAP, nous pré­voyons un lien avec la culture afri­caine, et un autre avec le 7e art.

Pascal Oddo
Nantes — sep­tembre 2019

Print Friendly, PDF & Email

Références   [ + ]

1.Les soi­rées du lun­di ont lieu à la Maison des Syndicats, Gare de l’État, 44000 Nantes — de 20h45 à 22h30.
Ces soi­rées seront ani­mées par Alain Cochard, psy­cha­na­lyste. CONTACT — cap.nantes@sfr.fr – 06 83 48 91 59